PS Sciences Po - Jean Zay

La politique d’économie circulaire du Grand Paris

Le par

L’économie circulaire a pour objectif de réduire l’empreinte environnementale de nos activités en optimisant le cycle de la matière et ainsi de privilégier la durabilité des produits. Alors que les ressources naturelles s’amenuisent, « circulariser » l’économie semble être une nécessité et c’est pourquoi tout un chapitre de la loi sur la transition énergétique, définitivement adoptée en juillet dernier, lui a été consacré. Il s’agit d’une tâche difficile, qui va à l’encontre de l’intérêt économique de beaucoup (l’éco-conception prend du temps, collecter et recycler séparément les déchets est souvent nettement plus coûteux que tout envoyer à la décharge…) et nécessite une éducation des consommateurs.

Si la mise en place de normes au niveau national et européen est indispensable pour progresser dans cette voie, les collectivités territoriales sont elles aussi concernées de près. La Ville de Paris – à travers l’action d’Anne Hidalgo et de son adjointe chargée de l’économie circulaire Antoinette Guhl (EELV) – est fortement engagée dans la circularisation de l’économie qui implique des changements profonds en termes de services et d’infrastructures publics et en matière d’aménagement du territoire.

Les politiques qui ont trait à l’économie circulaire sont dès lors multiples. La mise en place des Vélib’ et d’Autolib’, qui participe du développement du réemploi, peut par exemple être considérée comme une réalisation significative du Grand Paris en la matière. Tout comme, à un tout autre niveau, la création d’un atelier de réparation au sein de l’Hôtel de Ville dans lequel une nouvelle vie est donnée aux vieux meubles de la Ville de Paris. En fait, ainsi que le montre une récente étude de l’Atelier parisien de l’urbanisme (APUR), sans attendre l’adoption de textes règlementaires, de nombreuses initiatives ont fleuri dans la métropole, sous l’impulsion des collectivités publiques, de certains corps intermédiaires (notamment le mode associatif) ou d’acteurs privés. L’APUR a produit une cartographie des nouveaux services rendus aux habitants. Comme on peut le voir sur la carte ci-contre, il n’est pas facile de regrouper toutes les politiques ayant trait à l’économie circulaire.

L’enjeu est donc aujourd’hui de passer à la grande échelle. D’où l’importance des Etats Généraux de l’économie circulaire du Grand Paris. Lancés en mars dernier, il s’agit d’une concertation inédite  auxquels ont pris part 21 collectivités territoriales et environ 500 responsables associatifs et entrepreneurs réunis en 8 groupes de travail thématiques. Ils ont débouché sur trois jours de débats à l’Hôtel de Ville du 14 au 16 septembre et la présentation d’un Livre Blanc. Comme l’indique Anne Hidalgo, le but de cet ambitieux programme est de « développer la pollinisation de l’économie circulaire à l’échelle d’un territoire aussi vaste et productif que le Grand Paris ».

Les propositions du Livre blanc prévoient de nombreuses manières d’agir : en passant par le biais de la commande publique pour donner plus de poids aux clauses d’économie circulaire dans les marchés publics, en créant une pépinière d’entreprises facilitant les démarches d’éco-

économie circulaire

conception, en renforçant les actions de lutte contre le gaspillage et de tri des biodéchets dans les écoles et les cantines scolaires, en concevant des plateformes mutualisées de collecte, en construisant une « communauté d’ambassadeurs de la seconde vie des produits » sur le modèle des ambassadeurs de tri…. Et le livre blanc d’encourager le compostage de proximité, la réduction des emballages jetables, la valorisation des invendus et déchets alimentaires sur les marchés municipaux, la prévention des biodéchets de la restauration collective…

A la veille de la COP 21 qu’il va accueillir, le Grand Paris se dote donc d’un projet ambitieux et avant-gardiste en matière de développement durable, et ce d’abord grâce à la mobilisation de la gauche et de la société civile.

Alazaïs Raynal

Sur le même thème, lire aussi :

Avec une entrée en vigueur le 1er janvier dernier, le compte personnel d’activité (CPA) figure parmi les principales mesures du quinquennat qui s'achève. Le CPA est un compte personnel qui
Le par
Ce mardi matin, à Saint-Etienne du Rouvray, l’horreur terroriste a de nouveau frappé. Après nos journaux, après nos stades, nos terrasses et nos salles de concert, après nos forces
Le par

Les derniers contenus multimédias